samedi 23 mars 2013

Votre argent ?

La question chypriote nous rappelle la relativité de nos certitudes. Il s'agit de prélever de 7 à 10% des dépôts en banque, sans avoir prévenu à l'avance.

Le rideau de fumée médiatique s'est aussitôt mis en branle : il s'agit d'une exception, il faut taxer les oligarques russes, il s'agit d'épargnants (sous-entendu de sommes non nécessaires pour assurer le quotidien). Confondre "dépôts bancaires" et "épargne" n'a pas été le moindre des tours de passe-passe médiatiques.

De fait, il s'agissait, dans la première version du projet, de prélever un pourcentage sur les dépôts bancaires, c'est-à-dire sur les comptes courants et sur les autres comptes (dont ceux d'épargne). En somme, sur tout compte bancaire.

Cela nous rappelle que notre argent n'est pas le nôtre !

Nous sommes obligés d'avoir un compte bancaire pour nos revenus et pour payer certaines dépenses. Cela déjà à nos frais. Mais les retraits d'argent sont encadrés, de même que les sommes que l'on peut dépenser.

Vous ne pouvez être sûr que de l'argent liquide dont vous disposez : en cas de fermeture des banques, comme à Chypre, vous l'avez encore en poche... Les banquiers vous assureront que vous risquez le vol à garder des espèces, comme si la spoliation n'était pas du vol ! Gardez au moins  en espèces de quoi tenir deux semaines.
Le cas de Chypre nous apprend également à nous méfier des comptes bancaires, de dépôt ou d'épargne.

Soyez vigilant et gardez à l'esprit que votre argent les intéresse, pas vous.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire