mardi 9 avril 2013

moraliser la vie publique

Suite à l'affaire Cahuzac le monde politique et médiatique ne bruisse plus que d'appels à moraliser le vie publique, à la transparence, ...

Est-on sûr que les Français le demandent ? N'est-on pas encore une fois en train de les gruger ? Et de parler de créer encore une "autorité" ou un comité chargé d'évaluer les ministres sur leur éthique... 

La France ne manque pas de comités, ou autres instances ou siègent des "copains" rémunérés -on dit indemnisés- aux frais des contribuables pour produire parfois des rapports qui finissent au placard. 

INUTILE;
Si un homme politique fraude le fisc il existe des lois et des tribunaux pour le sanctionner. Si c'est un homme d'affaires, même chose. 
Ce que demandent les Français c'est que tous soient égaux devant la loi et que les délits et infractions soient sanctionnés à la hauteur du préjudice qu'ils entraînent pour la collectivité.

Que les responsables paient aussi les conséquences de leurs décisions. Nous vivons en effet dans une société où ceux qui ont le plus de responsabilités (et sont payés en conséquence) ne sont nullement engagés par les décisions qu'ils prennent alors que les conséquences sont aux frais des autres. Qui a endetté la France ? et qui paye ? ce n'est qu'un petit exemple... 

C'est tout un système qu'il faut changer, et le moyen le plus simple sera de rendre l'initiative au citoyen (la votation suisse est un exemple à suivre et à adapter sans tricherie à notre pays). Pour la transparence, Suède et Norvège peuvent nous inspirer.  

Il est à craindre, hélas, que de tout ce bruit rien ne résulte : un système vicié peut-il se réformer de lui-même une fois qu'il a corrompu ou étouffé ce qui n'était pas lui ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire